Torrent9 migre sur une nouvelle adresse

Torrent9 migre sur une nouvelle adresse

Les temps sont durs pour les sites de téléchargement illégaux qui subissent de plein fouet la répression des autorités. Pour l’occasion, Torrent9 profite directement des coups de filets de la police et de l’hécatombe de ses concurrents et devient le grand gagnant de cette année 2017. Récoltant directement les fruits de la mort de Cpasbien, Torrent 9 progresse de manière fulgurante en terme de fréquentation. Pour éviter le même sort que leurs paires, les administrateurs doivent faire preuve d’imagination pour survivre, au travers notamment de migrations régulières du site sous une nouvelle adresse.

Torrent9, la figure montante du torrent

Depuis le mois de septembre, le site Torrent 9 se classe en première position des annuaires de torrent. Cette place d’honneur peut paraître étonnante, alors que cet annuaire n’était encore que 250ème au classement des sites français les plus visités fin 2016. Pourtant, il a bénéficié des déboires de ses concurrents depuis un an. Ainsi, pendant quelques jours, en décembre dernier, Cpasbien était inaccessible et renvoyait directement vers Torrent 9, ce qui a donné un coup de boost inattendu à ce dernier. Cet été, il a profité de l’arrestation de 6 membres liés à T411 et la fermeture de ce dernier pour devenir le leader des sites de téléchargement. Ainsi, d’après les analyses d’Alexa, l’outil d’Amazon, Torrent9 serait aujourd’hui classé 85ème dans le classement des sites les plus visités en France. Ce succès dépasse d’ailleurs nos frontières puisque 58% de ces visiteurs proviendraient des autres pays francophones.

Un risque d’attirer la justice

Forcément, dans le téléchargement illégal, qui dit succès, dit visibilité et dit pressions judiciaires. Rien n’indique que “T9” ne sera pas la prochaine cible des ayants droits, avec comme étendards la SACEM et l’ALPA.

D’autant que les autorités s’organisent désormais de différentes manières pour faire disparaître les sites de téléchargements illégaux : ainsi, au-delà de l’arrestation des développeurs, l’action se concentre sur le blocage des noms de domaines incriminés et leur dé-référencement sur les moteurs de recherches comme Google. On se souvient de l’obligation pour les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) de bloquer l’accès au site de T411 en 2015 suite à une décision de justice. Comme ce fut le cas aussi en 2016 pour Zone Téléchargement, ressuscité depuis sous une nouvelle adresse.

En outre, depuis 2010, avec l’opération “In our Sites”, la justice américaine, en partenariat avec Europol, l’agence européenne spécialisée dans la répression de la criminalité, parvient à faire fermer des milliers de noms de domaine par an, dont des dizaines de sites de torrent.

De nouvelles adresses pour se protéger

Face à ces pressions, les créateurs de Torrent 9 utilisent une astuce bien connue : le changement d’adresse et d’extension de domaine. Ainsi, depuis la mi-septembre, le site, jusqu’alors hébergé au Monténégro et aux Iles Coco, a migré vers un adresse hébergée au Pérou. Pendant quelques semaines, ces trois adresses ont cohabité : Torrent9.me et Torrent9.cc renvoyaient directement vers Torrent9.pe. Mais ce triptyque s’est désolidarisé le 9 octobre, date à laquelle Torrent9.pe reste le seul en vie.

Ce changement n’est rien d’autre qu’un acte de prévention. En effet, pour les ayants-droits et les autorités, il est plus compliqué d’enquêter et de compiler des informations sur des sites qui leur filent entre les doigts régulièrement, sans compter l’obligation de demander la coopération des pays qui les hébergent.

Les utilisateurs moins protégés que les administrateurs

Si les développeurs de Torrent9 se protègent par des tours de passe-passe, il est bon de rappeler que cela est beaucoup plus compliqué pour les utilisateurs de sites de torrents et de streaming. Ainsi, sans utilisation de VPN afin de masquer son identité, les outils mis en place par Hadopi sont très efficaces. Dans son dernier rapport remis en début d’année, la Haute autorité rappelait les 72 condamnations prononcées par la justice depuis 2009 et les 1 300 dossiers transmis au parquet. Signe que la lutte contre le téléchargement illégal continu et que chacun doit être au fait des risques encourus.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

2 Commentaires

  1. Marouane

    Hadopi n a toujours pas compris que les sites de Download auront toujours un temps d avance sur eux. Ils sont uniquement dans la reaction mais ne cherchent pas à comprendre pourquoi le téléchargement illegal perdure. Les places de cinéma à 10€, les dvd à 15€. Quand tu as un budget limité tu peux pas vraiment te permettre de te payer ces petits plaisirs. Si au moins on stoppait l inflation des prix des places de cinéma, si les productions arrêtaient de se gaver jusqu a plus soif. Peut être que les gens s arrêteraient enfin sur l’offre payante. Et on peut dire ce qu on veut mais le dl ou le streaming n empêchent pas aux superproductions de brasser des millions voir des milliards. Qu on arrete de culpabiliser les gens, le cinema est loin d être mort.

    Répondre
  2. Apostrophe

    +1 Marouane. Moi je suis content de voir que ces pirates sont traqués, c ‘est vrai que c’est tellement primordial pour assurer la securité de nos concitoyens. Et puis surtout il faut protéger le portif des gens friqués.
    C’est pas comme si les autorités avaient mieux à faire avec le terrorisme, non le téléchargement illégal doit être une priorité c’est évident! 🙄

    Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *