Test : Crazy Taxi 2

Test : Crazy Taxi 2

Crazy Taxi, un titre qui avait été au fer de lance dans la remontée de la Dreamcast en 2000. Désormais ce titre l’est ou le sera sur les autres machines. Mais la console de Sega reste la chouchou, puisqu’elle accueille le 2ème alors que les autres n’auront que le premier.

Crazy Taxi ?

Crazy Taxi est jeu typiquement arcade développé par la branche Hitmaker de Sega. Vous êtes donc un chauffeur de taxi déjanté et il vous faut des dollars! Un seul moyen : être le meilleur pilote, le plus rapide et offrir à ses passagers le plus de sensations sans accidents. Les accidents ne sont bien sûr pas réalistes : vous pouvez percuter un camion à 150km/h et continuer votre chemin. Crazy Taxi, c’est peut être un jeu pour les femmes dont le fond ?

On ne prend pas les même et on recommence !

Les caractères ont 100% changé (enfin presque….). Les nouveaux se nomment : Slash, Iceman, Cinnamon et Hot-D.. Ils ont tous un charisme différent (de la femme en passant par la Fashion Victim ou le gars ringard) mais en terme de conduite les changements sont minimes. Rien de neuf de ce côté, cherchons ailleurs pour les nouveautés. On sait tous que Crazy Taxi se compose de 2 modes de jeux principaux : les villes et les minigames. Dans ce domaine, c’est que du inédit. Les games sont plus débiles les uns que les autres : saut de immeuble en immeuble, golf, zig zag…. Comment c’est possible de sauter? Facile, il y a une nouvelle touche qui parodie les bons machos qui friment en voitures décapotables et ça donne dans Crazy Taxi 2 : le crazy jump! J’avoue avoir songer à la thèse suivante : Chez Sega, ils ne fument pas que clopes en vente dans les tabac… Ce saut déjanté est très utile mais en abuser peut apporter des situations difficiles (des rentre-dedans en gros!). Les villes sont aussi nouvelles, mais toujours aussi peu nombreuses. Elles sont plus vastes et plus grandes que dans Crazy Taxi, mais le trafic a été fortement augmenté. Ce qui fait que le jeu est un peu plus dur et c’est difficile au début de trouver le passage idéal. Vous inquiétez pas, on s’y fait très vite!

We’re back and it’s Crazy Taxi 2!

La jouabilité est toujours un exemple de fun : en un mot elle est parfaite pour ce genre de jeu (Course débile). Le moteur graphique a été amélioré légèrement. Il n’y a pratiquement plus de clipping dans les descentes alors qu’il y a plus de décors et de voitures à l’écran. Parlons musique, The Offsrping est toujours là et encore heureux! Ils sont responsable du sentiment de puissance lorsque l’on conduit son taxi! Leurs titres sont : Americana, Walla walla, no brakes, come out swinging et one fine day. L’autre groupe présent est Method of Mayhem avec “who the hell cares” et “crash”. Il y a plus de morceau que dans le premier soft mais c’est toujours insuffisant. Petite note : les surprises à débloquer sont digne du soft! ;). Il y aussi des choses inutiles comme la possibilité de changer de vue en appuyant sur start + A ou B ou X ou Y. C’est presque injouable pour toutes! Le must étant la vue qui filme votre passager! Au passage, on peut envoyer ces scores sur le net (dédicace à Ghaleon) et un mode replay des plus sympathiques à été rajouté.

Une nouvelle bombe sur Dreamcast?

Le terme “bombe” est peut être un peu surfait mais il correspond plutôt pas mal à Crazy Taxi 2. Si vous n’avez pas aimé le 1, oubliez le 2. Ensuite les nouveautés sont finalement minimes. Un mode 2 joueurs ou online auraient pu faire taire mes paroles, mais là on sent qu’il manque quelque chose! En plus, la surprise est moins grande que dans le premier. Si il y avait une comparaison à faire ce serait avec PSO :  Crazy Taxi 2 est à Crazy Taxi 1 ce que PSO V2 est à PSO (le normal). Autrement dit, si vous n’avez pas eu le premier, prenez le second et si vous êtes un gros fan de ce jeu, vous pouvez le prendre aussi! Sega/Hitmaker a un peu cédé à la facilité.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *