Geralt De Riv revient dans The Witcher 3 : Wild Hunt

Geralt De Riv revient dans The Witcher 3 : Wild Hunt

La conclusion inattendue de The Witcher 2 : Assassins of Kings avait de quoi tester la patience des fans de la série. Qu’ils sachent que leur attente ne sera pas vaine.

C’est lors dune présentation à huis clos et en compagnie des développeurs de CD Projekt Red que nous avons découvert The Witcher 3 : Wild Hunt. Coincé entre un caméraman et un climatiseur glacial tournant à plein régime, nous avons assisté à une phase de gameplay du jeu. Enfin, après que le soft a bugué… trois fois. Heureusement, le sens de l’humour d’un des développeurs a rendu lattente (et le froid) plus supportable(s). Nous avons ensuite retrouvé Geralt de Riv dans la suite directe du second opus qui laissait derrière lui un monde en proie à une guerre entre les royaumes du Nord et l’Empire de Nilfgaard. Sans compter le retour de la Chasse Sauvage, cette horde d’engeances dont l’origine demeure une énigme, et avec laquelle le sorceleur partage un passé mystérieux. C’est d’ailleurs à la recherche de la Chasse que Geralt se lance dans l’aventure.

Un visuel (en)sorceleur

Le Red Engine 3 illustre d’emblée ses prouesses graphiques avec un rendu détaillé, des animations extrêmement fluides et une architecture sublime. Version pré-alpha oblige, quelques bugs d’affichage et d’animation parsemaient la démo, mais rien qui ne puisse être résolu d’ici 2014. La monture du sorceleur – une des nouveautés du titre – jouit dune physique crédible, même sil faudra remercier des Assassins Creed et autres Red Dead Redemption d’avoir préparé le terrain. La séquence de gameplay se déroulait sur une île (qui ne représenterait qu’une fraction de l’aire de jeu) dont on nous assure quelle englobe à elle seule la superficie totale de The Witcher 2.

Des décors qui en outre ont bénéficié d’un travail d’orfèvre. La faune et la flore donnent vie à l’environnement et profitent d’un certain relief grâce à un jeu de lumières parfaitement maîtrisé. Les changements climatiques influent également sur les décors : une tempête s’est abattue sur l’île durant la présentation, de sorte que les plantes et les branches d’arbres se balançaient violemment, sans compter les vagues impressionnantes qui se déchaînaient sur l’océan. Il nous a d’ailleurs été fortement déconseillé d’utiliser la barque – autre nouveauté – en pleine tempête.

Im going on an adventure

Outre sa plastique léchée, The Witcher 3 : Wild Hunt promet plus de liberté en optant pour une structure open-world où le joueur peut déambuler comme il le souhaite dans les régions qu’il a débloquées. Avec ses nombreuses cités, villages et zones désertiques infestées de monstres, CD Projekt estime au moins 100 heures de jeu, voire plus si l’on souhaite accomplir toutes les quêtes, se familiariser avec les PNJs hauts en couleur du titre et profiter des mini-jeux qui ont simplement été évoqués durant la présentation. Vu l’immensité de la carte, la barque et le cheval ne seront pas les seuls moyens de transport à disposition. Geralt pourra voyager rapidement vers une ville qu’il aura visitée au préalable.

Chasseur à gages

En plein milieu de la quête principale, le développeur s’est permis une escapade pour nous montrer le système de combats. Dynamiques et fluides, les affrontements renvoient davantage à The Witcher 2 qu’au premier épisode. Toujours aussi soignées, les animations donnent lieu à des combats nerveux, malgré l’impression de voir les mêmes enchaînements en permanence. Un manque que l’on espère voir comblé par une série d’améliorations dans le version finale. Si seuls les signes d’Aard (une pulsion énergétique qui repousse les adversaires) et d’Igni (qui projette un rayon de flammes) furent invoqués durant la partie, ils jouissent eux aussi dune esthétique revue et corrigée. Avec un bon timing, le joueur pourra affronter plusieurs ennemis en même temps et sen défaire sans problème en combinant signes et attaques de mêlée. Face à un gros monstre, Geralt peut même utiliser des pouvoirs spéciaux, après avoir rempli une jauge d’énergie. En l’occurrence, nous lavons vu plonger le décor dans le noir et se couvrir dune sphère de protection qui lui permet d’attaquer sans subir de dégâts.

Le sorceleur n’est d’ailleurs pas tenu d’attendre que les monstres se présentent à lui, puisque c’est son métier que de les pourchasser. Il dispose dans ce volet d’un journal parfaitement détaillé qui lui permet, après avoir déniché des indices, de savoir à quelle bête à il a à faire et de se renseigner sur ses points faibles ainsi que le meilleur moyen de la terrasser. Si les contrats de chasse relèvent le plus souvent des missions annexes, c’est bien la quête principale qui suscitera l’intérêt des fans. On retrouve une écriture efficace et mature, ponctuée par des choix cornéliens où bien et mal se confondent en nuances de gris. Les quelques exemples de la démo attestent de cette volonté de donner du relief au personnage, d’autant plus que certaines décisions peuvent non seulement affecter les PNJs, mais aussi l’univers qui les entoure. Finalement, la frontière entre quêtes annexes et principale est plus ténue que jamais, ce qui rend les missions secondaires d’autant plus intéressantes et renforce l’immersion.

La fin de la trilogie s’annonce épique

On pouvait sen douter, CD Projekt Red nous concocte un troisième RPG qui risque de marquer les aficionados. Avec son univers mature, ses personnages tout en reliefs et son esthétique à tomber par terre, The Witcher 3 : Wild Hunt s’annonce comme un must-have pour les PCistes et les possesseurs de PS4 et Xbox One. Restent quelques zones d’ombre que nous souhaiterions éclaircir, dont la continuité de la trame (et l’import des sauvegardes), la transition avec le second opus (notamment pour les joueurs PlayStation) et les activités secondaires supposées gonfler la durée de vie. Les développeurs auront largement le temps d’y répondre, et nous suivrons de notre côté l’évolution du jeu en espérant que toutes les promesses seront tenues.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *