Drones taxis : 5 projets qui pourraient se concrétiser prochainement
Photo Credit To Ehang

Drones taxis : 5 projets qui pourraient se concrétiser prochainement

L’évolution incroyable de la technologie touche de très nombreux domaines. Ainsi, que ce soit dans le domaine de la médecine, de l’agriculture, de la pêche, de l’informatique, et bien d’autres, la technologie apporte de nouvelles solutions aux problèmes les plus compliqués et de nouvelles avancées pour faciliter la vie de l’être humain. C’est pour cette raison que dans le domaine du transport par exemple, on assiste depuis déjà quelques années au test de nombreux projets de drones taxis qui devraient faciliter la mobilité des personnes et tenter de s’imposer comme une révolution des modes de transports. Les projets présentés ici pourraient se concrétiser et voler au dessus de nos têtes dès 2020.

Lilium jet, le savoir faire allemand à l’ouvrage

 

En 2017, la société allemande Lilium a effectué le vol inaugural d’un de ces prototypes d’avion taxi électrique à décollage et a atterrissage vertical, le Lilium jet. La plupart des moteurs électriques ont été intégrés à l’intérieur des volets mobiles qui sont sur le bord arrière des deux ailes. Ainsi cet drone taxi électrique compte un total de 36 moteurs. Son autonomie de près de 300 km pourrait lui permettre de relier Paris et Londres en à peine 1 heure et ceci grâce à sa vitesse de croisière annoncée de 300 km/h. La société allemande compte mettre sur pied une version améliorée et pouvant emporter 5 personnes d’ici l’année prochaine. C’est l’un des projets les plus avancés à ce jour.

Ehang 184, un constructeur chinois en embuscade

 

Comme les autres grandes puissances, la Chine aussi a des projets de transport électrique par les airs. Ainsi, la firme Ehang a déjà effectué quelques essais de transport de passagers et ceci avec deux drones taxis complètement autonomes. Les deux drones taxis (le premier monoplace et le deuxième biplace) ont vu pendant ces périodes d’essais, un nombre impressionnant de personnes voler à son bord, en tout 40 personnes. La puissance et la stabilité de ce drone ont été prouvées par de nombreux tests. Par exemple, l’engin est capable d’affronter des vents de force 7, de voler en plein brouillard ou même de nuit ainsi que de grimpée à 300 m d’altitude, etc…

Uber Air, plus proche que vous ne le pensez

 

D’après les informations connues, on pourrait voir des drones autonomes d’uber voler à basse altitude aux États-Unis d’ici 2020. Une prouesse qui pourrait être rendue possible grâce à Uber qui fort de son accord de partenariat avec la Nasa en janvier 2017 avec Uber Air, se retrouve en position de force pour déployer sa flotte aérienne sur le territoire outre atlantique. Tout ceci est parti de l’année 2016, année où Uber avait dévoilé son projet Uber Air, un drone taxi à décollage et atterrissage vertical.

Volocopter, un hybride entre le drone et l’hélicopter

 

La société allemande éponyme a présenté son projet Volocopter en début d’année au Consumer Electronics Show. Ainsi, ce concentré technologique est propulsé par 18 rotors électriques. Il est capable de voler à une vitesse moyenne de 50 km/h et de porter environ 2 personnes et ceci pendant une trentaines de minutes. Il peut aussi faire des pointes de vitesse impressionnante de 100 km/h la suite des essais se dérouleront à Dubaï comme pour de nombreux autres prototypes.

Joby S2, un secret encore bien gardé

Cet appareil de 4 places promet d’être l’un des plus performants de ce secteur des transports. Il est doté de 12 puissants rotors électriques qui basculent à 90 °. Cette capacité permet ainsi de modifier sa trajectoire décollage vertical et vol horizontal. Les prévisions estiment en toute objectivité une capacité de parcours de plus de 300 km avec une vitesse de pointe estimée à 320 km/h. Le Joby S2 devrait, selon son constructeur, être plus de 100 fois plus silencieux que les avions de ligne de dernière génération. Grâce à Intel et Toyota, près de 100 millions de dollars ont déjà été collectés par Joby Aviation pour la poursuite de leur recherche. A ce stade, aucune image du prototype n’a filtré, Joby Aviation gardant jalousement secret les plus grandes avancées de son bijou technologique.

Reste que ces projets, tous plus ambitieux les uns que les autres, devront faire face à une série d’obstacles législatifs en matière de securité aérienne avant de se déployer au dessus de nos villes. Surtout en Europe, ou les règles sur les zones de survole autorisées pour les drones de loisirs ont déjà été drastiquement restreintes ces dernières années. Un règlement durci entre autre, suite à la très forte augmentation des accidents de drones en 2016. En conséquence, voir ces engins envahir le ciel en 2020 est quelque peu optimiste.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *